L’enthalpie de l’image

Accueil > Pièces > 2019 > L’enthalpie de l’image

<i>L’enthalpie de l’image</i>

Sculpture.
Impression jet d’encre noir et blanc, sur papier recyclé.
36 x 26,6 cm, hauteur variable.

Cette pièce est réalisée par l’accumulation de centaines d’impressions d’un unique schéma. Ce dernier, cherche à questionner nos pratiques photographiques contemporaines au sein du numérique en les comparant à l’enthalpie des matériaux.
Ainsi, je pense que lors de la prise de vue, nous sommes dans un système solide : le réel. Mais dès que l’on obtient la première image, nous passons inévitablement dans le système liquide. Le système liquide est pour moi un système de la pratique de distraction. En effet, avec les réseaux sociaux et les médias en général, l’image se duplique, se réplique, se modifie et se transforme. Ces évolutions nous amènent dans le système gaz avec la création de la première version d’une image pauvre, ayant perdu ses qualités, son sens, son contexte... Cependant, je pense que toutes les images pauvres ne se valent pas. Certaines se modifient encore et deviennent de plus en plus vaporeuses et prennent place dans le système plasma. Dans ce système, je me demande si l’on peut encore parler d’image ou si ces images sont devenues tout autre chose.

Les schémas sont positionnés en tas pour signifier la réplication non identique d’une image unique. De plus, ils sont imprimés au recto et au verso avec un retournement. Ainsi, il y a une superposition du schéma d’un côté de la feuille à l’autre. Ceci, signifie qu’il y a une idée de sédimentation, d’un réel volume et pas simplement d’un empilement de tirages.